L’électricité, un produit de luxe

Cette semaine, j’ai reçu ma facture d’électricité bimensuelle. Pour 334kW « consommés », on me réclame un montant de 42960 FCFA/65,50€. Rapporté à 100kW, ça fait 19,60€. Pour vous donner un ordre d’idée, le prix moyen d’une tranche de 100kW en France en 2010 était de 11,90€. Vous vous dites « Ok, il y a une bonne différence mais ça va ».

Mais en y regardant de plus près, j’habite seul et n’ai pas beaucoup d’appareils électriques : un cumulus, un réfrigérateur, un ordinateur portable, une télé rarement allumée, une clim inutilisée depuis plusieurs mois et quelques ampoules d’éclairage. 334kW, pourquoi pas. Je n’ai aucune idée de ce que peut représenter une consommation normale. En sachant que les compteurs sont apparamment rarement relevés, il s’agit sûrement d’une estimation.

Chaque jour sans exception, il y a des coupures pouvant durer 6 à 12h. C’est simple la semaine dernière, je n’ai pas pu allumer une seule fois la lumière entre dimanche soir et vendredi soir… Quatre soirées consécutives dans le noir! Mais on va où là?! Payer aussi cher pour avoir du courant même pas la moitié du temps, c’est du grand n’importe quoi. En plus, de nombreux foyers et entreprises doivent investir dans un groupe électrogène pour pouvoir vivre/travailler correctement, le budget électricité déjà conséquent s’en retrouve au moins doublé. Vu l’augmentation du prix du pétrole, ce n’est pas prêt de s’arranger… A l’échelle du pays, c’est l’économie entière qui est touchée.

La situation est tellement « catastrophique » (à relativiser avec l’actu du Japon) que l’ONU s’en mêle et les fournisseurs de pétrole (ici pas de nucléaire, remarquez c’est pas plus mal) ne veulent plus faire affaire avec la Sénélec (~EDF) car cette dernière ne peut pas les payer. Faute de livraison, elle cherche à faire des économies de pétrole en coupant aléatoirement quelques quartiers par ci, quelques quartiers par là. Vu du ciel, Dakar doit ressembler à une boîte de nuit…

Bref, rien ne va plus. La population en a marre de payer un prix exorbitant pour un service irritant et le fait savoir au cours de quelques manifestations. Entre la vétusté du réseau électrique, une mauvaise gestion, des livraisons de pétroliers envoyés par quiconque veut nous fournir et des mecs qui doivent s’en mettre plein les poches avant que l’argent du contribuable ne tombe dans les caisses de la Sénélec, nous n’avons pas fini de croiser les doigts pour ne pas passer la soirée à la bougie!

En résumé, tu ne payes pas on te coupe, tu payes on te coupe aussi (si au moins on savait exactement quand interviennent les coupures…). Au Sénégal, l‘électricité est donc devenu un luxe et posséder un groupe électrogène n’en est plus un.

Quand je lis le message « Notre énergie pour vous servir » juste à côté du montant à payer, j’ai comme l’impression que la « Coup’Elec » se paie notre tête.

"Notre énergie pour vous servir" - Sénélec

Enfin je dis ça, je dis rien.


Publicités

2 réflexions sur “L’électricité, un produit de luxe

  1. Ah tu m’étonnes Charly !! C’est là que l’on se rend compte combien des choses absolument normales en France genre l’électricité bon marché (merci le nucléaire) le sont moins ailleurs…

  2. Hello !
    Vraiment Cool ton blog (j’aime bcp tes photos)! Ce serait sympa de nous donner nous un p’tit aperçu des manifs de demain ; histoire de voir comment ça se passe de paris à travers une vision autre que celle des infos.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s