La photo du jour (23/05/2013)

Un grenier à mil dans le Sine Saloum, non loin du village de Palmarin. Ces petites cahutes sur pilotis, pas plus hautes qu’un homme, servent à stocker le mil hors de l’eau

Grenier à mil

Publicités

Simal, village paisible

Un weekend allongé, nous décidons de partir sur un coup de tête à dos de mobylette direction le village de Simal dans le Sine Saloum. La route pour y aller est la même que celle de Mar Lodj, les derniers kms se terminent sur une jolie piste au beau milieu du tann.

Tann 1  Tann 2

Le campement est assez atypique : des cases en paille, pas vraiment de porte et une salle de bain à ciel ouvert. Basse saison oblige, nous serons les seuls à profiter de ce bel endroit dans un petit écrin de verdure en bord de lagune ambiancé par le chant des oiseaux.

Campement Simal 1  Campement Simal 2

Campement Simal 3  Campement Simal 4

Le village ressemble à n’importe quel autre village du Saloum. Magie de la nature, tout est vert grâce à la pluie qui tombe de temps à autres depuis juillet. Les animaux de basse-cour, plus nombreux que les habitants, broutent à profusion. Dans certains endroits, le tapis fluo fraîchement sorti de la terre fait penser à un green de golf, si vous vouliez le même dans votre jardin vous n’arriveriez pas à obtenir le même résultat. Que c’est bon de se retrouver entouré de cette verdure flamboyante!

Simal 1  Simal 2

Simal 3  Simal 4

Simal 5  Simal 6

Un petit tour dans les ruelles suffit à se faire approcher par les enfants qui crient « Toubab photo! » en nous voyant. Au croisement de deux rues, les vieux, posés sur des tapis, jouent aux cartes et aux dames à l’ombre d’un arbre.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La pêche à la palangrote au milieu des palétuviers fut un petit succès (même si le piroguier en a attrapé 5 ou 6 fois plus que nous). Nous avons pu croiser cormorans, pélicans et quelques flamants roses. Bref, un weekend « off Dakar » qui fait du bien.

Moundé, village hors du temps

Au coeur du delta du Sine Saloum, Moundé est un village où le temps semble s’être arrêté. Posé sur un îlot de sable au milieu de la mangrove, on y accède après 45 minutes de pirogue à travers palétuviers depuis Mar Lodj. Au premier regard, on sait que le modernisme occidental n’est pas vraiment arrivé jusque là. Notre piroguier nous confirme que très peu de touristes viennent ici, et c’est tant mieux. La mosquée surplombe les toits du haut de son minaret. L’atmosphère paraît comme figée, presque aucun bruit n’émane du village, seulement quelques bêlements de moutons prêts à être égorgé pour la Tabaski le lendemain. La longue passerelle en bois, telle la porte d’entrée unique du village, nous laisse apprécier cette approche, l’impression de pénétrer dans un tableau. C’est dans ces moments là qu’on se dit que le Sénégal nous réserve de nombreuses surprises.

 Village Sine Saloum - Moundé 1   Village Sine Saloum - Moundé 4

Village Sine Saloum - Moundé 2  Village Sine Saloum - Moundé 3

Dans le village, pas grand chose à voir, marcher dans les ruelles suffit pour profiter de l’instant présent et vivre des moments simples avec les villageois et surtout les enfants. Une partie de foot, une séance photo, des sourires, des regards qui en disent long. Aucun d’eux ne nous demande de l’argent ni quoi que ce soit. Dakar est loin, très loin… Nous avons chacun au moins une fillette accrochée au bout de la main. Plus nous avançons dans le village, plus la troupe de gosses autour de nous prend de l’ampleur. Ils sont contents, nous sommes contents, tout le monde est content. Il est déjà l’heure de repartir…

Village Sine Saloum - Moundé - Enfants 1  Village Sine Saloum - Moundé - Enfants 2

Village Sine Saloum - Moundé - Enfants 3  Village Sine Saloum - Moundé - Enfants 4

Crédits photos : Mathieu D.

Le Sine Saloum, un air de bout du monde

« Papa et belle maman » m’ayant rendu visite une dizaine de jours, j’ai voulu leur en mettre plein les yeux dès leur arrivée. A environ 150km au sud de Dakar , le Sine Saloum est un endroit aux airs de bout du monde, un de ceux loin de l’agitation urbaine où l’on aimerait rester longtemps, juste parce que ça fait du bien. Seul le téléphone portable qui fonctionne « trahit » un peu ce cadre idyllique. Le trajet pour y aller est un voyage en lui même, entre le bitume défoncé (ou la piste) et le slalom entre les bêtes, la faible allure du taxi nous permet d’observer la vie des villages composés de cases, une carte postale défilante.

Par le bouche à oreille, j’ai choisi de passer notre séjour dans le campement « Hakuna Matata » situé non loin du village de Mar LodjAprès la pirogue, la charrette - DanganeAprès avoir parcouru les 150km de route jusqu’à Dangane (~4h en voiture en partant tôt le matin, prix du taxi : 40000F/60€), il « suffit » d’emprunter une pirogue puis une charrette sur 6km (30-40 minutes selon la motivation du cheval) car il n’y a aucun véhicule à moteur sur l’île. Au bout d’un quart d’heure, on se rend compte que nous nous dirigeons vers (permettez moi l’expression) le trou du c** du monde. La vitesse astronomique du cheval propulsé à grands coups de « prout-prout » permet de faire connaissance avec la faune et la flore locale.Des noix de cajou et leur pomme sur un anacardier Pour la première fois, je vois des anacardiers, l’arbre produisant la noix de cajou, à chaque fois surmontée d’une petite pomme utilisée pour faire de la confiture (humm). Le sol est jonché ça et là d’énormes termitières dures comme du bois pouvant atteindre pour certaines plus de deux mètres. Les zébus, chèvres et chevaux se baladent en liberté dans la brousse aux herbes basses, mêlant bosquets, mangrove et étendues de sable. Les oiseaux quant à eux, s’envolent (ou pas) à notre passage. Le silence est d’or.

Termitière géante - Sine Saloum Brousse - Sine Saloum

Des vautours perchés sur un baobab - Sine Saloum En "route" pour nul part - Sine Saloum

Une fois arrivés sur le campement, Olivier et Dominique nous accueillent comme ils savent si bien le faire. Il n’y a plus qu’à se laisser aller et se détendre les doigts de pied. Les cases en semi-dur sont confortables et offrent l’essentiel, deux lits simples, ventilateur, moustiquaire,étagère, table. Les sanitaires sont séparés, comme au camping. La fraîcheur des lieux est assurée par de nombreux arbres habités par des oiseaux multicolores qui se chargent de la musique d’ambiance. Situé au bord d’un bras de mer,Table d'hôte Hakuna Matata - Sine Saloum le camp possède un ponton et une plage avec paillotes et hamacs. Quand l’heure des repas sonne, tout le monde se réunit sur de grandes tables, c’est convivial et les plats sont vraiment excellents. La nuit, les hurlements des hyènes et chacals donnent des frissons à certains (personnellement, ça ne m’a pas réveillé), mais pas d’inquiétude, les chiens du camp montent la garde pour ne pas se faire croquer un mollet en pleine nuit. Les quelques varans inoffensifs de quasi deux mètres de long qui se baladent sont une curiosité à voir.

Campement Hakuna Matata - Sine Saloum Ponton - Sine Saloum

En parlant des oiseaux qui chantent, en voici quelques uns :

Oiseau coloré dans un flamboyant - Sine saloum  Couple oiseaux rouges - Sine Saloum

Couple oiseaux bleus - Sine Saloum  Oiseau noir jaune rouge - Sine Saloum

Durant ces quelques jours, nous avons pris le temps de profiter du temps, il ne s’écoule pas aussi vite là bas Kayak dans la mangrove - Sine Saloum(sûrement à cause de la pleine Lune). Le kayak est un bon moyen pour aller découvrir les alentours et se perdre dans la mangrove. Silencieux, on peut s’approcher des oiseaux (pélicans, martin pêcheurs, grues…) en toute discrétion. Bon, parfois à marée basse, on touche le fond et il faut descendre pour tirer le kayak à la main, résultat : tout le monde s’enfuit! Un matin, Olivier nous a proposé de l’accompagner pour aller acheter du poisson au port à une heure de là en bateau. Malheureusement, ce jour là les dauphins n’ont pas montré le bout de leur nez mais l’escapade fût bien agréable.

Le village de Mar Lodj à trois km du camp est très sympa à visiter. Une église et  une mosquée à deux pas l’une de l’autre. Les chrétiens et musulmans y vivent en communauté, tout comme les animaux de basse cour d’ailleurs. Vous l’aurez deviné, il n’y a ni eau courante, ni électricité mais on aperçoit quelques panneaux solaires! Les villageois vaquent à leurs occupations, certains vivent des quelques touristes en vendant de la confiture maison ou encore de l’artisanat, d’autres de l’agriculture (mil, lait, viande). J’ai même du participer à la capture d’une chèvre qui s’était échappée. Parmi les curiosités, on y trouve l’arbre à palabre ou encore le tamtam téléphonique pour informer le village par des messages codés. La visite se termine autour d’un verre au bar près de l’église « Chez Prost » qui prend le temps de parler avec nous.

 Battue du mil à Mar Lodj - Sine Saloum  Place du village de Mar Lodj - Sine Saloum

Une habitation à Mar Lodj - Sine Saloum Bar du village à Mar Lodj - Sine Saloum

Je finis ce séjour en beauté avec une petite course à pied en brousse à la lumière chaude du coucher de soleil, jouissif! Quelques charrettes me taquinent pour faire la course, sans surprise, je suis battu. Le retour vers la civilisation se fera en Peugeot 405 « 4X4 Cross Tout Terrain Même Pas Peur Du Sable » par la piste, dépaysement garanti! D’ailleurs, le flexible de frein arrière gauche frottait sur le pneu et s’est rompu. Un petit tour au mécano pour le changer boucher avec une vis et c’était reparti!

Pour sûr, je vais retourner dans ce petit coin de paradis très bientôt! Pour la petite anecdote, j’ai encore une fois pu constater que le monde est très petit. J’ai rencontré un couple de stéphanois qui participent chaque année à l’organisation de la Saintélyon, la course à pied que j’ai faite deux jours avant mon départ pour le Sénégal en 2010 et en 2009.